Doit-on se méfier de l'aluminium dans la pierre d’alun ?

Sommaire

L’alun est un minerai naturellement présent dans diverses régions du monde comme la Syrie ou le Maroc. On peut le trouver sous différentes appellations comme l’alun ordinaire, l’alun de potassium ou sulfate double d’aluminium et potassium. Il peut également être synthétisé.

L’alun a connu un grand regain d’intérêt ces dernières années, notamment sous la forme d’une pierre déodorante naturelle. Depuis, cette pierre magique, capable de remplacer les déodorants habituels, est soumise à controverse en raison de sa teneur en aluminium. Décryptage dans cette astuce.

Propriétés des pierres d'alun disponibles sur le marché

L’emploi d’une pierre d’alun en tant que déodorant permet :

  • de réguler la sudation sans boucher les pores de la peau ;
  • de combattre les bactéries responsables des mauvaises odeurs en cas de transpiration ;
  • de stopper les saignements dus aux micro-coupures qui peuvent apparaître suite à un rasage.

On peut trouver les pierres d’alun en pharmacies et parapharmacies, en magasins bio ou dans les grandes surfaces disposant d’un rayon « produits naturels ».

De plus, il existe plusieurs pierres d’alun :

  • La pierre d’alun dite naturelle, composée de potassium d’alun, purifiée puis recristallisée, est translucide et laisse voir des nervures à l’intérieur.
  • La pierre d’alun reconstituée, opaque et uniforme, est reconstituée à l’aide de réactions chimiques.
  • La pierre d’alun dite synthétique, disponible à un prix bas et souvent importée d’Asie, est composée d’ammonium d’alun provenant de l’industrie du nylon.

Pierre d'alun : un taux d’aluminium à surveiller de près

Les pierres d’alun naturelles et reconstituées contiennent de l’aluminium à hauteur de 5 %. Cet aluminium se transformerait en oxydes d’aluminium au contact de la peau.

Ces derniers sont jugés stables, et donc peu enclins à pénétrer dans la peau ainsi que peu solubles, et donc éliminés en cas de douche ou de transpiration.

En effet, ces oxydes d’aluminium sont différents de ceux utilisés dans les déodorants anti-transpirants classiques. Pour ces derniers il s’agit de chlorhydrates d’aluminium dont les risques pour la santé ont été prouvés.

Malgré cela, l’aluminium naturellement présent dans les pierres d’alun naturelles et recomposées pourrait être dangereux :

  • On le soupçonne de présenter, en réalité, les mêmes risques de toxicité que tous les autres sels d’aluminium connus et disponibles jusqu’à présent sur le marché.
  • En effet, les ions en aluminium se diffusent à l’intérieur du corps et notamment, chez les femmes, vers les seins et présentent une augmentation des risques de cancer du sein.

En réaction à ces doutes, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, anciennement AFSSAPS) a demandé :

  • un rapport d’évaluation des risques liés à la présence d’aluminium dans les produits cosmétiques ;
  • un rapport d’évaluation sur les risques d’absorption cutanée et les caractéristiques de l’aluminium présent dans les pierres d’alun naturelles et reconstituées ;
  • une restriction du taux d'aluminium contenu dans la pierre d'alun, limité à 0,6 %.

Comment éviter l’aluminium dans les déodorants ?

Dans l’attente de toute conclusion scientifique officielle, et par mesure de précaution, il est préférable :

  • d’éviter d’acheter une pierre d’alun de synthèse, reconnaissable à la mention « ammonium d’alun » sur son étiquette ;
  • de préférer les pierres d’alun naturelles ou reconstituées, reconnaissable grâce à l’étiquette de l’emballage mentionnant « potassium d’alu ».

Pour approfondir :