Correcteur de teint : lequel choisir ?

Sommaire

Le correcteur de teint sert à corriger ce que le fond de teint n’a pas réussi à atténuer ou unifier, comme les cernes, les petites imperfections et autres cicatrices.

Pour cette raison, il se pose après le fond de teint par petites touches, dans les zones telles que le coin externe de l’œil, les cernes, le menton, le sillon du nez ou encore les imperfections et les cicatrices.

Cette astuce vous donne quelques clés pour bien choisir votre correcteur, en fonction de vos besoins et de votre type de peau.

Quelle couleur choisir ?

La couleur du correcteur de teint doit être une teinte plus claire que celle du fond de teint déjà appliqué sur la peau. Le respect de cette règle est nécessaire, car on applique le correcteur là où la peau est un peu plus foncée, notamment sur :

  • les cernes ;
  • les boutons roses à très rouges ;
  • les irritations.

Différentes formes de correcteur de teint

Anti-cernes

Il s’agit du correcteur de teint le plus connu et il s’applique sur la peau du contour de l’œil, très fine, sensible et marquant facilement. Ses deux principaux objectifs sont :

  • d’effacer les traces de fatigue ;
  • de donner au teint un air plus frais.

Sa texture doit être crémeuse pour éviter d’assécher l’épiderme et de marquer les petites ridules. Il doit être une couleur plus claire que la peau pour garantir un effet défatiguant immédiat, et peut être appliqué :

  • du bout des doigts ;
  • ou à l’aide d’un petit pinceau destiné à cet usage.

Anti-cernes réflecteur de lumière

Le but d’un tel soin n’est pas de corriger les imperfections ou les cernes, mais de donner de l’éclat à l’épiderme. Il agit par effet d’optique pour :

  • défatiguer le regard ;
  • donner de la fraîcheur au teint.

Appliqué après le fond de teint et l’anti-cernes, sa texture doit être fluide. Il peut se présenter sous forme d’un stylo doté un pinceau.

Correcteurs de couleur

Ces produits permettent de corriger une imperfection colorée comme :

  • des veines trop visibles ;
  • des tâches de soleil ou de naissance ;
  • des rougeurs et cicatrices.

Afin de l’utiliser correctement, il convient :

  • de repérer d’abord la couleur de l’imperfection que l’on souhaite camoufler ;
  • d’appliquer dessus un correcteur de la couleur opposée.

Ainsi :

  • Un bouton rouge sera camouflé par un correcteur vert.
  • Des cernes violets opteront pour un correcteur de couleur jaune.

Dissimuler les boutons

Le correcteur est efficace :

  • pour faire disparaître ou diminuer un bouton en formation ;
  • pour atténuer les éventuelles croûtes qui font suite à une éruption cutanée.

Certains correcteurs sont également enrichis en actifs luttant contre ces mêmes éruptions. Il doit être de la même teinte que la peau et est disponible sous forme :

  • de stick ;
  • de tube ;
  • de poudre minérale.
    • L'applicateur avec un embout pinceau :
      • délivre une quantité de produit optimale et évite les pertes ;
      • permet de travailler avec précision en corrigeant les petits détails.
    • Le correcteur fluide :
      • peut être enrichi en actifs permettant, par exemple, de réduire les poches sous les yeux ;
      • doit être appliqué au pinceau pour éviter les bavures.
    • Les correcteurs sous forme de gros crayons :
      • sont très couvrants ;
      • peuvent être transportés plus aisément lors de voyages ou en vacances.

    Pour approfondir la question :

    • Le correcteur se place après le fond de teint. Pour bien choisir votre fond de teint, consultez notre astuce Quel fond de teint choisir ?
    • Le correcteur camoufle les imperfections, mais ne règle pas toujours le problème de base. Pensez à bien entretenir votre peau en faisant régulièrement des masques pour visage.
    • Pour une mine radieuse tout au long de l'année, voir notre fiche pratique Comment avoir bonne mine ?

Ces pros peuvent vous aider